Press (in french)

Arsenal de Metz – Le républicain Lorrain, novembre 2009.

Eric ARTZ
“Son brio est au service d’une interiorité surprenante…”
Festival Piano à Saint-Ursanne en Suisse, août 2009.”Les beaux cantus sur forme d’arpèges d’harmonie viennent aussi sous la main de l’interprète comme le don le plus naturel …”

Du bonheur à l’état pur – Alsace, en 2005.

Eric ARTZ
“…il a tiré de son instrument des sonorités nobles, lyriques, profondes, bouillonnant de vie … ”

Eric Artz au piano, un ange passe – Brive, en 2006.

2006_01_Brive
“La prestation d’Eric Artz a littéralement transporté son public, grâce à un répertoire dense et hétéroclite, tour à tour romantique, technique et lyrique”

Un Steinway nommé plaisir – Est républicain, en 2007.

Eric ARTZ
“Le jeune instrumentiste s’est investi corps et âme dans l’exécution d’oeuvres particulièrement brillantes et techniques devant un public approbateur.”

Resmusica – Francoise Ferrand : Festival Bagatelle en mai 2009.

“Eric Artz, prix de Genève, entre autres, est maître des couleurs et des rythmes, sans jamais tomber dans les effets faciles.”

Musique espérance de Saint Dié des Vosges, Liberté de l’est en 2007.

Eric Artz
“Dès les premières notes, les spectateurs se sont laissés emmener par un jeune musicien habité, semblant presque ne faire plus qu’un avec le piano”

Virtuose au piano… – Château des tourelles, en 2008.

Eric ARTZ
“Un jeu délicat et subtil, intense et concentré..”

Monde de la musique – Patrick Szersnovicz : Festival Piano en Saintonge en mars 2007.

“Musicien parfait, d?une virtuosité presque trop sereine, Eric Artz fait la part belle à la brillance la plus insolente, sans oublier les ombres ni les non-dits, dans les impromptus de Schubert, de Chopin et Rhapsodie Hongroise de Liszt.”

L’Alsace – L.A.M : Festival Wesserling, le 26 octobre 2006.

“Dimanche, en fin de matinée, un concert suivi d’un apéritif, innovation très appréciée, a permis à Éric Artz, Prix de la ville de Genève, de revenir à la chapelle qu’il avait enflammée lors de la première édition du festival. Dans une mise en place très diversifiée, Éric a abordé Scarlatti en ciselant de magnifiques bijoux. Son jeu percutant plein de rebondissements et sa technique se rapprochant du clavecin ont rendu beaucoup d’authenticité à cette oeuvre. Le carnaval de Vienne de Schumann a été pour lui une occasion de montrer combien il savait faire éclater des couleurs chatoyantes et joyeuses. Mais c’est dans la 6e sonate de Prokofiev qu’il a poussé sa virtuosité vers un sommet…”

Le pays – Patrice Boufflers : Château des Tourelles – Belfort, le 16 décembre 2008.

“Éric Artz a enchanté le public du château des Tourelles par sa virtuosité, son expression, sa sensibilité et sa relation chaleureuse avec les auditeurs.”